Eternel Jean Bouin

Publié le par ZAKKARRI

 

Jean Bouin est né le 21 décembre 1888 à Marseille

Un torse carré et puissant. Des jambes courtes, solides, musclées.
Jean Bouin est un valeureux pionnier, premier recordman du monde sur la cendrée de Colombes, personnage de légende, héros éternel pour l'histoire, au destin glorieux et tragique.

Ce coureur robuste et rablé (1,67m) a été en effet un précurseur en course à pied, dans sa recherche de méthodes naturelles, proche des hébertistes, mais visant aussi à se doter d'une forte constitution organique grâce à la puissance musculaire (en soulevant des troncs d'arbre !) et à la quantité de kilométrage.

Dans les années 1910, ses fans accourent par milliers pour découvrir le phénomène au souffle inépuisable ...

Il remporte quatre titres consécutifs de champion de France de Cross sous les couleurs du Phocée Club de Marseille (1909) puis du C.A.S.G. Paris (1910, 1911 et 1912) et gagne trois fois le Cross des Nations à Derby mettant fin à une longue domination des coureurs de fond britanniques.

Il améliore en 1911 le record de France du 10 000m en 30 min 58 s 4/5) (titre de champion de France à la clé, et record du monde !), et celui du 5000m (14 min 36 s 8/10) en 1912 avec le titre de champion de France également.
En 1912, il bat aussi le record du monde du 3 miles (4837 m), peu avant les Jeux olympiques.

 

Aux Jeux Olympiques de Stockholm de 1912, lors du 5000m qui reste la grande course de cette olympiade (en série, il bat déjà le record du monde de la distance).
À 400 mètres de l'arrivée, Jean Bouin qui a mené toute la course accélère et tente de lâcher l'un des deux frères fnlandais Kolehmainen, mais celui-ci le coiffe sur le fil pour 2/10 (14 min 36 s 6/10) au terme d'un dernier virage d'anthologie.

 

5000m JO de Stockholm : Jean Bouin est devancé sur la ligne par Kolehmainen

 

Il bat le record du monde de l'heure (19,219 Km) le 6 juillet 1913 à Stockholm, un an après les JO dans ce même pays, face à trente autres concurrents dont le champion olympique Hannes Kolehmainen (lors de la même tournée française, il bat également trois coureurs se relayant sur 10 000m)

Ce record augure d'un avenir radieux pour Jean Bouin, qui veut avoir sa revanche sur Hannes Kolehmainen lors des prochains Jeux Olympiques. Il arrête de fumer et se livre à un entraînement intensif.

La Grande Guerre met un terme aux rêves de titre olympique pour Jean Bouin. Il meurt au champ d'honneur le 29 septembre 1914, frappé par un obus allemand qui lui brisera la colonne vertébrale.

La france va pleurer longtemps l'un de ses fils célèbres mort au champ d'honneur.

 

Source : Wikipédia et l'Athlétisme Français de Alain Billouin


Publié dans BIOGRAPHIES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BENAZET 13/08/2009 20:30

Steve !...ta revue historique est de trés bon niveau !.......Roro.

Zakkarri 12/08/2009 20:19

L'ancien stade de Nîmes Olympique porte son nom. Oui fabuleux coureux mais je préfére les coureurs un peu plus fin et racé que lui.

calimero 12/08/2009 20:08

Effectivement, c'est un des plus grand mythe de notre histoire de l'athlétisme!Il a même sa statue devant la boutique de l'OM au vélodrome!Il a fait des chronos qui te font rêver, non?Moi c'est celui de l'heure qui m'impressionne le plus surtout à l'époque!