19’’19 au 200 m : La Fusée Bolt fait exploser le record du monde

Publié le par ZAKKARRI

 

Allongé sur la piste, les yeux grands ouverts, Usain Bolt observe ce ciel bleu nuit qui s’ouvre à lui. Il est 20 h 40 hier à Berlin le Jamaïcain vient de battre le record du monde du 200 m (19’’19) et le paradis n’est plus très loin. L’ours en peluche mascotte des Mondiaux l’aide à se relever. La star du sprint lui tombe dans les bras puis mime l’éclair qui, depuis les soirées magiques de Pékin, a fait sa réputation.


Sur le visage du Jamaïcain soudain redevenu un enfant, l’émotion est palpable. Bien plus encore que lors de son 100 m supersonique (9’’58) de dimanche. Sans doute parce que le garçon qui fête ses 23 ans aujourd’hui ne réalise pas encore ce qu’il a réussi. « Je me suis surpris moi-même, avoue-t-il. Je n’avais pas de bonnes sensations à l’entraînement. J’étais fatigué et moins bien qu’avant la finale du 100 m. »

Le temps d’un demi-tour de piste, Bolt s’est pourtant de nouveau montré déraisonnable. Cette fois, il était sans rival. Seul face au chronomètre, porté par 40 000 spectateurs en délire, l’homme le plus rapide du monde s’est échappé vers son destin. A grandes enjambées, le regard inlassablement fixé vers la ligne d’arrivée, le Jamaïcain ne s’est pas amusé, reléguant ses dauphins Alonso Edward (19’’81) et Wallace Spearmon (19’’85) à plus de 6 dixièmes !

« Je suis en train d’entrer dans la légende »

Son temps à lui s’est arrêté sur 19’’19, bien plus facile encore à retenir que les 19’’20, annoncés pendant quelques secondes au tableau d’affichage. L’instant est magique. Accroupi, le désormais triple champion olympique et double champion du monde (mais il dispute le relais aujourd’hui), se signe, s’allonge puis embrasse la foule. L’énorme ovation peut commencer.
Histoire de montrer qu’il sait aussi marcher, la superstar entame son tour d’honneur au ralenti. Le drapeau jamaïcain sur la tête, ses désormais célèbres chaussures orange - déjà en vente dans les magasins berlinois - dans une main, Bolt savoure. De l’autre côté du stade, Ariane Friedrich et Blanka Vlasic enflamment la finale du saut en hauteur.

Le sprinteur n’y prête désormais plus attention. Quelques gouttes de sueur perlent sur son visage. L’idole s’arrête près du chronomètre. Les flashs crépitent. Bolt reste encore là pendant de longues minutes. Comme s’il ne voulait pas quitter cette piste à jamais envoutée par ses foulées aériennes. « Je suis en train d’entrer dans la légende », dira-t-il.



Source : Le Parisien

 

 

Publié dans DU NEWS EN ATHLE

Commenter cet article