50 km Marche : Diniz passe à côté

Publié le par ZAKKARRI

 

Vice-champion du monde en titre, Yohann Diniz n’est pas parvenu à se joindre à la bataille pour une médaille sur 50 km marche. Longtemps au bord de la rupture, le Français a mis un point d’honneur à finir la course remportée par le Russe Sergey Kirdyapkin, comme en 2005.


«Je serai derrière, en position d’outsider, mais je compte faire un coup. Il n’est pas question que je connaisse une nouvelle saison blanche». La déception doit être immense pour Yohann Diniz. Sans doute plus douloureuse encore que les 50 km parcourus avec difficulté par le Français vendredi matin dans les rues de Berlin. Vice-champion du monde à Osaka il y a deux ans, Diniz était passé à côté de ses Jeux Olympiques l’an dernier où il avait abandonné. Ce 50 km marche des Mondiaux devait être la course du renouveau. Elle fut celle de la souffrance et de la désillusion pour le cadre de La Poste qui a terminé 12e en 3h49’’03.

 

Premier avertissement
Comme un clin d’œil, c’est sur un macadam mouillé par la pluie que débutait la course sous la Porte de Brandebourg. En 2006 à Göteborg, les gouttes avaient porté chance au Français lors de son sacre européen. Mais vendredi matin, le sol a vite séché et les perles de sueur ont eu un goût bien plus amer. Dans le coup après 20 kilomètres, Diniz semblait pourtant bien calé dans le peloton de tête, d’où devait sortir le vainqueur final. Champion olympique en titre, Alex Schwazer jetait l’éponge avant même les deux heures de course. Un sérieux concurrent de moins pour Diniz pensait-on. Mais peu de temps après la défaillance de l’Italien, le marcheur d’Epernay, légèrement décroché par le groupe des leaders, partait à la faute en décollant les deux pieds du sol simultanément. Un premier avertissement symptomatique des difficultés du Français qui commençait à piocher.


30e kilomètre fatal
Alors que Jared Tallent et Luke Adams se prenaient à rêver d’un incroyable doublé australien, Diniz s’essoufflait sérieusement après le 30e kilomètre et voyait ses prédécesseurs le dépasser un à un. Il rétrogradait ainsi de la 6e à la 9e place en vingt minutes et perdait une trentaine de secondes par kilomètre sur la tête de course. Mais au courage, le Français poursuivait tout de même sa marche. Interminable quant la souffrance prend le dessus sur les espoirs de podium. Devant, Sergey Kirdyapkin déposait les Australiens à une dizaine de bornes de l’arrivée pour s’envoler vers la victoire dans une ferveur peu habituelle pour cette épreuve. Champion du monde à Helsinki en 2005, le Russe remettait ça quatre ans après et s’écroulait sous la Porte de Brandebourg après 3h38’37, meilleure performance mondiale de l’année. Au bout de la souffrance, le Norvégien Trond Nymark décrochait l’argent, talonné par le vétéran espagnol Jesus Angel Garcia (40 ans). A ce moment là, la soufrance de Diniz devait encore durer deux kilomètres…


Podium du 50 km marche :
1. Kirdyapkin (Rus) 3h38’37
2. Nymark (Nor) +2'41
3. Garcia (Esp) +3'02
...12. Diniz (Fra) +10'28

 

Source : Sport24

Publié dans DU NEWS EN ATHLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article